BY PASS GASTRIQUE EN OMEGA (MINI BY PASS GASTRIQUE)

Cette intervention combine une réduction du volume de l’estomac et une malabsorption plus importante que dans  un bypass en Y. Elle consiste à créer une poche gastrique séparée du reste de l’estomac ou arrivent les aliments. La poche est ensuite directement connectée à l’intestin grêle environs deux mètres plus bas. 
Les aliments passent ainsi directement de la poche gastrique dans l’intestin en court-circuitant non seulement l’estomac et le duodénum mais aussi les deux premiers mètres d’intestin grêle. La différence fondamentale avec un bypass en Y est qu’il n’y a qu’une anastomose au lieu de deux d’où un moindre risque  de complications notamment à moyen et long terme liées à des hernies internes.. En revanche les secrétions biliopancréatiques ne sont pas dérivées  en  aval de l’anastomose d’où un risque de reflux biliaire. 

La perte de poids est due aux mêmes mécanismes qu’après un bypass en Y mais ici 2 mètres de grêle sont court-circuité au lieu de 50 cm dans un bypass en Y d’où une malabsorption plus importante 

Résultats

La perte de poids  est similaires à celle qui est obtenue après un bypass en Y. Elle est de 70%  à 80% de l’excès de poids en 2 ans.  Du fait de la malabsorption  les reprises de poids semblent moins fréquentes (15 à 20%) mais le recul actuel est insuffisant pour en évaluer réellement l’incidence. 
Concernant l’amélioration du diabète de type 2 les résultats sont similaires à ceux du bypass en Y.

Effets Secondaires

Les effets secondaires sont les même qu’après un bypass en Y mais avec quelques différences
Le dumping syndrome est moins fréquent  (moins de 20 %) de même que les hypoglycémies réactionnelles (dumping tardif)  
En revanche les troubles du transit (ballonnements, flatulences, diarrhées) sont plus fréquents du fait d’une malabsorption  plus importante. Le plus souvent ils se résument à une simple accélération du transit (3 à 4 selles molles quotidienne) qui s’améliore avec le temps mais chez 2 à 3% des patients ils se traduisent par des diarrhées quotidiennes et invalidantes (plus de 10 selles liquides par jour) dont la persistance peut imposer une suppression du bypass

 

 

Complications

Le risque de complications immédiates est le même qu’après bypass en Y .Il est globalement de 5% et le  risque de mortalité de moins de 0.3%. Les complications précoces les plus graves sont:
-    Les fistules digestives (ligne d’agrafes ou anastomose) ;  1.5% 
-    Les hémorragies intra abdominales (intra ou extra digestives) ; 1% 
-    Les occlusions du grêle ; moins de 0.5%
Les complications à distance semblent moins fréquentes qu’après un bypass en Y, notamment du fait du moindre risque de hernie internes, mais le recul est insuffisant pour en évaluer réellement l’incidence. Les plus fréquemment rapportées sont : 
-    Les ulcères anastomotiques ; 2 à 4%
-    Les sténoses de l’anastomose ; 1.à 2%
-    Les occlusions sur brides ; 0.5% 
-    Les reflux biliaires (brulures et régurgitations amères) invalidants; 1 à 2%
-    Les malnutritions protéiques avec perte de poids excessive ; 1 à 1.5%
-    Carences nutritionnelles

Avantages

-    Pas de matériel étranger
-    Simplicité de la procédure comparée au bypass en Y
-    Bonne perte de poids
-    Rémission du diabète de type 2 indépendamment de la perte de poids
-    moins de risque de dumping syndrome qu’après un bypass en Y
-    pas de complications secondaires liées à la deuxième anastomose (torsions, hernies internes)
-    Réversibilité plus simple qu’après un bypass en Y

Inconvénients

-    L’estomac exclu, le duodénum et les voies biliaires sont inaccessibles à l’endoscopie
-    La malabsorption impose une supplémentation à vie en vitamines et en oligoéléments et elle peut modifier l’efficacité des traitements médicamenteux
-    L’importance de la malabsorption expose à un risque de malnutrition protéique dont le traitement peut imposer une suppression ou une conversion du bypass en procédure restrictive ( 1 %)
-    Risque de reflux biliaire invalidant imposant une conversion en bypass classique
-    Manque de recul pour évaluer les risques et les résultats à long terme
-    En cas de reprise de poids peu de solutions satisfaisantes
-    Troubles du transit( ballonements diarrhee flatulence
-    Carences nutritionnelles plus fréquentes

 

Références Bibliographiques

Laparoscopic Roux-en-Y vs. mini-gastric bypass for the treatment of morbid obesity: a 10-year experience.
Lee WJ, Ser KH, Lee YC, Tsou JJ, Chen SC, Chen JC.
Obes Surg. 2012 Dec;22(12):1827-34. doi: 10.1007/s11695-012-0726-9

 

Continued excellent results with the mini-gastric bypass: six-year study in 2,410 patients.
Rutledge R, Walsh TR.
Obes Surg. 2005 Oct;15(9):1304-8

 

A 7-Year Clinical Audit of 1107 Cases Comparing Sleeve Gastrectomy, Roux-En-Y Gastric Bypass, and Mini-Gastric Bypass, to Determine an Effective and Safe Bariatric and Metabolic Procedure.
Jammu GS, Sharma R.
Obes Surg. 2016 May;26(5):926-32. doi: 10.1007/s11695-015-1869-2

 

Laparoscopic One-Anastomosis Gastric Bypass: Technique, Results, and Long-Term Follow-Up in 1200 Patients.
Carbajo MA, Luque-de-León E, Jiménez JM, Ortiz-de-Solórzano J, Pérez-Miranda M, Castro-Alija MJ.
Obes Surg. 2017 May;27(5):1153-1167. doi: 10.1007/s11695-016-2428-1

 

Tél : +33 (0) 1 40 69 36 12

Mail : secretariatmarmuse@gmail.com